Hommes sans défense; éléphants

Publié le par gem de modestine

Hommes sans défense; éléphants

Assis à l'intérieur, je contemple les rideaux et...désolé de ne pas savoir écrire comme tout le monde...après Conques, j'ai réalisé que Soulages aurait pu les réaliser, ces rideaux;et c'est troublant-en tout cas pour moi- il y aura donc avant et après Conques. Nous marchons. Pieds, mains yeux. Équipés pour cette expédition, pour traverser la vie et l'étreindre; sinon quoi? Le long du chemin et de son usure, souffrir c'est trouver douloureux le contact avec la surface, n'est-ce pas...C'est pourquoi il est certainement important de chercher à contempler le paysage derrière les vitraux, ce dedans au-delà. Tien, mien, nôtre. Au-delà de la surface de la représentation miroitante, qu'est-ce qui te parle? Conques. Se souvenir de Conques; pour Conques, pour rien, pour ce que nous ne pouvons pas dire, pour ce que nous ne disons pas.J'aime le silence qui prend sa juste place, quand j'ai le sentiment que j'ai dit tout le reste. Autrement j'aurai trop peur d'avoir oublié un clou dans la poitrine de quelqu'un à qui je voulais du bien. Alors connaître le nom de la fleur et le reste...J'ai aimé être avec vous à Conques , et s'il vous plaît, excusez mon langage complètement barré (comme votre serviteur, d'ailleurs...), je suis tombé en poésie.

Hommes sans défense; éléphantsHommes sans défense; éléphants
Hommes sans défense; éléphants
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

céline 14/04/2016 09:13

C'est un très beau texte, merci, stéphane?