Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chaque jour qui est nouveau défatigue

Publié le par gem de modestine

Chaque jour qui est nouveau défatigue
Chaque jour qui est nouveau défatigue

Il a passé de l'eau sous les ponts...ou coulé? Et les jours sombres le sont-ils vraiment? Ce doit être mon appareil qui fatigue...Qu'est-ce qui se passe si les nuages traversent le panier? Une partie de basket-ball en Patagonie ne serait pas plus extraordinaire..et quatre points à Claudette.

Amicalement votre. Stef

Partager cet article

Repost 0

Il est plus facile pour un chameau...

Publié le par gem de modestine

Il est plus facile pour un chameau...
Il est plus facile pour un chameau...

Un jour, j'ai eu envie de vivre avec les autres; j'en ai touché la nécessité, ou bien alors le besoin s'est fait si impérieux qu'il est devenu envie. Ce qui est le mieux.

Longtemps j'ai arpenté les montagnes; j'étais un peu comme le fou biblique et les oiseaux; pour peu qu'ils soient porteurs de jugement; devaient me trouver hirsute et inachevé. Je mordais des rochers pour les entendre crier mais les rochers ne disaient mot. Ils étaient sans réponse à ma solitude et à mes questions qui n'en étaient pas. J'ai donc appris que mordre des rochers n'est pas aimer et que l'on ne saurait aimer sans racine. Je relève simplement aujourd'hui qu'il est plus facile de dire "je n'aime pas les autres" que de concevoir la capacité d'affirmer le contraire, et je constate juste que "celui qui n'aime pas" s'efforce d'ignorer la plupart du temps ce qui en lui et en l'autre est commun. Comment donc aimer cet autre si encombrant; cet "autre-là" asocial, exclus, informe et si visiblement déshérité; affligé de toutes les apparences du rejet, sorte de pauvre, voire de super-pauvre; celui qui ne reviendra pas des sous-sols de l'humanité.

Or, toutes ces représentations de l'exclusion sont miennes. Si tu ne me connais pas, je ne suis que cela, tout cela, c'est-à-dire plutôt les restes. Aucun de ces défauts ordinaires, si ordinaires qui stigmatisent ne me manquent. La vie et ce qui la nourrit vient donc d'ailleurs. Je peux donc m'autoriser à regarder ce qui semble affliger l’autre et à en éprouver en moi la présence, ne serait-ce qu'en germe: la colère, la haine, la défiance, la honte, la culpabilité. Mais ce que j'aspire à porter, j'accepte également d'en attendre en l'autre la manifestation, tout ce qui pourrait produire de la clarté, de l'attention , de la chaleur, quelque chose de précieux qui fait de la relation cette chose particulière que l'on peut vouloir rechercher. Je fais ce choix, je veux faire ce choix, convaincu qu'il est en nous de même nature, de celle qui nous arrache à l'ignorance, à l'inconnaissance; qu'il est étonnant et source d'étonnement.

Avant j'étais attiré par les déserts, comme si ce que je voulais entendre résonner en moi ne pouvait tolérer de témoins...Il faut encore que je réfléchisse à tout cela; longuement mais avec le sentiment que le temps ne m'est plus compté. Je crois que l'homme est comme une eau. Et s'il veut marcher, alors il devient ruisseau, cascade, rivière ou fleuve; c'est selon ses besoins profonds qu'il est en droit d'irriguer ce qui lui est propre. Il est très facile de se noyer ou de noyer les autres dans des considérations stériles sur l'état de l'homme et dans la description des bouées, épaves et boulets...Je crois que je vais apprendre à nager.

Stéphane (donc...)

Partager cet article

Repost 0

retour à la terre

Publié le par gem de modestine

retour à la terre

Installation d’un composteur collectif aux jardins

Au mois de mars, nous avons installé (Roger, Romuald et Patrick au vissage ; Nathanaël à la supervision) un composteur en bois accessible à tous les utilisateurs des parcelles du terrain, c’est-à-dire au GEM et aux voisins du bâtiment soit trois locataires. Auparavant, nous avons proposé cela à ces derniers et nous avons rencontré un spécialiste en ce domaine afin d’optimiser notre production de compost (merci slaven!). Cela permet à tous de réduire les déchets ménagers et de bénéficier de terreau naturel a moindre coût. C’est l’occasion de partager cela entre voisins et de vivre la fête des voisins au quotidien… ceci est dans l’esprit du Gem !

Pour de plus amples informations sur le compostage, on a les documents au local à disposition.

Nathanaël et cie, Langogne

Partager cet article

Repost 0

Hommes sans défense; éléphants

Publié le par gem de modestine

Hommes sans défense; éléphants

Assis à l'intérieur, je contemple les rideaux et...désolé de ne pas savoir écrire comme tout le monde...après Conques, j'ai réalisé que Soulages aurait pu les réaliser, ces rideaux;et c'est troublant-en tout cas pour moi- il y aura donc avant et après Conques. Nous marchons. Pieds, mains yeux. Équipés pour cette expédition, pour traverser la vie et l'étreindre; sinon quoi? Le long du chemin et de son usure, souffrir c'est trouver douloureux le contact avec la surface, n'est-ce pas...C'est pourquoi il est certainement important de chercher à contempler le paysage derrière les vitraux, ce dedans au-delà. Tien, mien, nôtre. Au-delà de la surface de la représentation miroitante, qu'est-ce qui te parle? Conques. Se souvenir de Conques; pour Conques, pour rien, pour ce que nous ne pouvons pas dire, pour ce que nous ne disons pas.J'aime le silence qui prend sa juste place, quand j'ai le sentiment que j'ai dit tout le reste. Autrement j'aurai trop peur d'avoir oublié un clou dans la poitrine de quelqu'un à qui je voulais du bien. Alors connaître le nom de la fleur et le reste...J'ai aimé être avec vous à Conques , et s'il vous plaît, excusez mon langage complètement barré (comme votre serviteur, d'ailleurs...), je suis tombé en poésie.

Hommes sans défense; éléphantsHommes sans défense; éléphants
Hommes sans défense; éléphants

Partager cet article

Repost 0