Du café Tricot au Festiv'Mômes

Publié le par gem de modestine

C’est autour d’un café, au café de la Tour, que nous avons appris à tricoter. Au début, on tricotait des carrés pour s’exercer, éventuellement faire une couverture. Puis on a cherché ce que l’on pourrait faire de « collectif ». Nous avons lâché les aiguilles et expérimenté avec les doigts. Même les hommes s’y mettaient. Ça c’était en hiver, la collecte de laine grandissait. De semaine en semaine, ont vu le jour tricots de doigt et tricotins de doigt. Des habitants de Langogne nous rejoignaient ponctuellement ou de manière régulière. On a vu des images de tricot de rue, ça nous a inspiré. Nous avons réalisé notre premier attrape-rêve géant pour aller à la rencontre de l’association des Fadarelles et leur proposer d’installer nos créations « textiles » dehors, à l’occasion de Festiv’Allier. Notre collaboration a ainsi pu commencer. Toutes sortes de productions voyaient le jour : des abat-jours tissés, en fil de lumière, des broderies, mobiles en branches entortillées, des micro-tissages, des tissages en rond dans des jantes de vélo. A l’occasion de la journée mondiale des réfugiés, nous avons fait avec les personnes demandeurs d’asile des « soleillades » dans des cercles en saule. Tout ça de récup’ et de couleurs multiples. Les Fadarelles nous ont donné accès à leur stock de tissu et on a essayé d’écrire avec des bandes dans des grillages de la ville. Au final, on avait un beau stock de matières à installer en 2 jours dans la vieille ville et au jardin public, l’équipe technique de la ville nous a aidés. Les écritures se sont transformées en motifs et dessins sur les grilles du jardin festiv’môme. Le vendredi, tout est permis : nous nous sommes installé au parc en souhaitant avoir beaucoup de public pour faire avancer le shmilblic. Notre souhait s’est réalisé, il faisait froid, mais on ne s’en rendait même pas compte tellement on était occupés à transmettre notre savoir. On s’est éclaté, on était angoissé, émus, on avait pas assez de roues à tisser pour tout le monde. Nos candidats étaient variés : des vieux, des jeunes, des très jeunes, des dames… Dans tous les coins, ça tricotinait. Et pour l’année prochaine ? On verra ça en Septembre.

Du café Tricot au Festiv'MômesDu café Tricot au Festiv'MômesDu café Tricot au Festiv'Mômes

Commenter cet article