Étrange thé

Publié le par gem de modestine

Étrange thé

Ce besoin que j'ai

De me sentir comme une terre

Au dégel,

Pétri sous les doigts ailés

Du vent qui me rappelle à moi-même;

Et, que de lourd à embrumé,

Tout près, dans le soupir des mousses,

L'exhalescence des lichens des sphaignes les caresses;

Tout près

De passer de l'état de marais a celui de vapeur

Puis de souffle

Ce besoin que j'ai

D'aimer de goûter l'infini

D'une goutte de rosée révélé;

Et au dedans des eaux lustrales, ce quelque chose qui me dit que...

Qui me dit que

J'ai été plume lueur d'étoile

Un petit animal endormi

Dans la litière du monde

J'ai été frissonnement j'ai été méandre

Puis Delta

Puis celui qui allant vit cesser

Les grondements les rumeurs les orages

Et les menaces invisibles

En son corps défendant.

Commenter cet article